Association loi 1901

Partenaires

Affiliation
Partenaire sport
Affiliation
Affiliation local

Une activité professionnelle peut être envisagée. ( Emploi et handicap : travail en milieu ordinaire )

Il est très difficile de conseiller une personne sur le fait de déclarer ou non son handicap sur un CV (curriculum vitae) ou à un futur employeur au cours d’un entretien d’embauche. Si le handicap est visible, il se verra à l’entretien même s’il n’est pas mentionné dans le CV. La nutrition artificielle fait partie des handicaps invisibles. Il appartient à chacun de peser le pour et le contre avant de se décider et surtout de voir en fonction de la situation et du moment. On dira qu’il y a une chance sur deux dans tous les cas. Selon l’état d’esprit de l’employeur au moment des entretiens, on peut y aller au culot, à l’humour, ou sentir qu’il vaut mieux ne rien dire. De même si la nutrition artificielle est installée au cours de la vie professionnelle, il conviendra à chacun de décider ou non de la déclarer. Elle le sera d’office à la médecine du travail, mais pas obligatoirement à l’employeur.

D’un point de vue légal, la discrimination en raison de la santé ou du handicap est interdite dans le milieu du travail. Mais comment prouver que c’est la vraie raison d’un non. De plus les entreprises sont tenues d’avoir un quota de personnes en situation de handicap dans leur effectif, sous peine d’amendes.

 

RQTH

C’est la CDAPH qui reconnait et attribue la qualité de travailleur handicapé. La demande se fait en cochant la case RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé). Dans le même temps elle statue sur les orientations professionnelles possibles pour la personne. Ce statut permet à l’entreprise qui embauche une personne avec RQTH, ou maintient l’emploi d’une personne devenue handicapée, d’obtenir des aides de l’Etat. ( Être reconnu "travailleur handicapé" )

Ce statut permet également de protéger l’employé en cas de licenciement, de permettre des aménagements d’horaires, de limiter les déplacements professionnels ou les mutations géographiques.

 

AGEFIPH

L’AGEFIPH (association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées) est un organisme qui aide les personnes handicapées et les entreprises dans le but de favoriser l’intégration et le maintien d’une personne handicapée dans l’entreprise, facilitant les recherches, l’aménagement ergonomique du poste de travail. Il offre également une prise en charge financière de ces aménagements tels que le matériel adapté, une aide pour l’achat d’un véhicule aménagé pour se rendre à son travail…

L’AGEFIPH est financée par les amendes payées par les entreprises qui ne respectent pas le quota d’emploi des personnes handicapées. http://www.agefiph.fr/

 

ACFP

L’ACFP (allocation compensatrice pour frais professionnels) permet aux travailleurs reconnus handicapés d’assumer les frais occasionnés par une activité professionnels. Elle est remplacée depuis le 1er janvier 2006 par la PCH. Les personnes qui en bénéficiaient avant cette date peuvent continuer à la percevoir ou choisir la PCH au moment d’un renouvellement d’attribution. Elle est soumise à conditions de ressources et est versée par le conseil général ( Allocation compensatrice pour frais professionnels (ACFP) )

 

CDTD

Le CDTD (centre de distribution du travail à domicile) permet de procurer des travaux manuels ou intellectuels à des personnes handicapées qui exercent leur activité à leur domicile. L’orientation passe par la CDAPH et le salaire doit être au moins égal au SMIC (salaire minimum interprofessionnel de croissance) qui est de 9,53€ brut de l’heure en avril 2014. ( Emploi et handicap : entreprise adaptée )

 

ESAT

Les ESAT (établissements et services d’aide par le travail), anciennement les CAT (centres d’aide par le travail) permettent aux personnes handicapées d’exercer une activité professionnelle dans un milieu protégé. La décision appartient à la CDAPH. Ces centres, qui ne sont pas des entreprises, ont pour mission le maintien des acquis scolaires et professionnels et un accès vers l’autonomie, avec un soutien médico-social et éducatif. Ils sont souvent en lien avec un foyer d’hébergement pour adultes. Le salaire est compris entre 55% et 110% du SMIC. ( Emploi et handicap : établissements et services d'aide par le travail (Esat) )

 

CITL – EA

Il existe d’autres passerelles qui permettent de maintenir une vie socioprofessionnelle pour les adultes qui ne peuvent pas travailler en milieu ordinaire : CITL (centre d’initiation au travail et aux loisirs), EA (entreprise adaptée).

 

Pension d’invalidité SS

Pour un travailleur en NA, l’évolution de la pathologie nécessitant cette nutrition peut le conduire à réduire ou même cesser son activité professionnelle. Dans ce cas, il convient de se tourner vers le médecin conseil de la sécurité sociale qui décidera de quelle catégorie vous relevez. Il existe 3 catégories selon la réduction de la capacité à travailler. La 1ère catégorie d’invalidité permet de travailler jusqu’à 80% d’un temps plein (35h par semaine). La 2ème catégorie d’invalidité permet de travailler jusqu’à 50% d’un temps plein. La 3ème catégorie d’invalidité ne permet plus aucune activité professionnelle. Elle peut se cumuler avec la MTP. Il est important en cas de passage en invalidité SS de faire se concerter le médecin traitant, le médecin du travail et une assistante sociale avant la saisie du médecin conseil afin de bien connaitre la catégorie qui risque d’être attribuée, le temps de travail qui pourra encore être effectué et les aménagements d’horaires, les montants de pension et éventuellement les montants complémentaires qui peuvent être versés par l’assurance prévention de l’employeur. A savoir que pour la retraite, comme il y aura réduction du temps de travail, le calcul sur les meilleures années s’arrêtera d’office une année avant la mise en invalidité. ameli.fr -> Votre pension d’invalidité

 

MTP

La MTP (majoration pour tierce personne) est attribuée aux personnes titulaires d’une pension d’invalidité SS pour la rémunération d’une tierce personne aidant aux actes de la vie quotidienne. Elle est versée par la CPAM et n’est pas soumise à conditions de ressources. Pension d'invalidité : majoration pour tierce personne (MTP)

 

ASI - FSI - FSV

L’ASI (allocation supplémentaire d’invalidité), autrefois FSI (fonds spécial d’invalidité), est une prestation versée aux personnes titulaires d’une pension d’invalidité, de retraite anticipée qui ont moins de 60 ans. Elle est versée par l’organisme qui attribue la pension d’invalidité (SS le plus souvent) sous conditions de ressources (attention tous les revenus comptent y compris les revenus d’épargne) et peut-être sujette à récupération sur succession. ( Allocation supplémentaire d'invalidité (Asi) ) Elle peut être cumulée avec les compléments de l’AAH. Compléments de ressources et minimum invalidité